Tout savoir sur les chirurgies plastiques les plus secrètes

5 août 2019 Par Benedicte
  • Tout savoir sur les aliments
  • Tout savoir sur les chats

La chirurgie intime est de plus en plus demandée, pas seulement pour des considérations esthétiques, mais aussi pour résoudre des problèmes fonctionnels. D’ailleurs parfois, l’assurance maladie rembourse. On vous dit tout.

La chirurgie des petites lèvres

De plus en plus réclamée même par les jeunes filles, la chirurgie des petites lèvres vise à corriger leur hypertrophie. Au-delà de l’aspect esthétique propre à développer un véritable complexe, le problème est bien souvent aussi fonctionnel : il gêne certaines pratiques sportives ou altère la qualité des relations sexuelles. Mieux comprendre la labiaplastie et passer à l’acte aident à retrouver une vie normale. D’autant que les techniques opératoires sont de plus en plus sophistiquées et sûres. L’assurance maladie la prend d’ailleurs en charge lorsqu’il y a effectivement une gêne physique.

La pilosité

L’épilation intégrale du pubis au laser devient la nouvelle norme, toutes générations confondues. Elle est le résultat de l’influence des magazines érotiques et autres films pornographiques qui plébiscitent le sexe imberbe. Du coup, les femmes souhaitent une plastique de leur sexe irréprochable et il n’est plus rare de les voir demander un rajeunissement de leur vulve par injection de leur propre graisse dans les grandes lèvres.

L’hymen

La reconstruction de l’hymen vise à recoudre la fine membrane qui obstrue l’orifice du vagin rompu lors du premier rapport sexuel. Se refaire une virginité avant le mariage est une pratique de plus en plus courue à Montréal. L’intervention est très rapide, mais onéreuse. Elle se pratique sous anesthésie locale ou sous une légère anesthésie générale. La virginité n’est pas totale, mais donne le change !

Le vagin

La vaginoplastie ou lifting vaginal est une restauration du périnée ou du vagin. Après plusieurs grossesses, les femmes sont souvent victimes d’une distension, d’une incontinence à l’effort ou d’une sécheresse vaginale qui perturbent leur sexualité. Chez les plus âgées, il peut même y avoir une descente de la vessie et de l’utérus. Plusieurs techniques sont employées selon les objectifs à atteindre : resserrer les muscles du périnée lorsque la rééducation a échoué, resserrer l’entrée du vagin pour redonner de la tonicité, injecter de la graisse dans les grandes lèvres, poser une bandelette contre l’incontinence à l’effort. Ces interventions n’empêchent pas de nouvelles grossesses, mais lorsqu’un nouveau bébé est prévu rapidement, il est conseillé d’attendre.